Découvrir en podcast le livre de Edney Silvestre : « Si je ferme les yeux »

 

Zoom sur l’auteur :

Edney Silvestre : La polyvalence de l’observation

Edney Silvestre est né en 1950 dans une petite ville de l’Etat de Rio de Janeiro. Il est le deuxième enfant d’une fratrie de six. Son père tenait un petit magasin et sa mère travaillait dans le secteur textile. Sa famille était pauvre et ne possédait aucun livre à la maison. Edney Silvestre lisait à la bibliothèque publique de la ville.

A l’âge de quinze ans, Edney Silvestre déménage à Rio de Janeiro. Il étudie l’Histoire et les Sciences Sociales et gagne sa vie en traduisant des textes philosophiques en français, en anglais et en espagnol ainsi que des bandes dessinées.

Il travaille également comme assistant de direction pour le cinéma et réalise un court-métrage, « Noivado », qui lui vaut le prix du meilleur film expérimental lors du huitième festival brésilien du cinéma amateur en 1968.

Edney Silvestre devient ensuite journaliste, travaillant pour différents journaux nationaux, pour des agences de publicité en tant que rédacteur ou directeur commercial ; jusqu’à son déménagement à New York en 1991 où il devient le correspondant de O Globo. Ses observations sur les singularités de la culture américaine, en particulier celles de Manhattan, ont été rassemblées dans le livre « Dias de Cachorro Louco ».

En 1997, il devient  correspondant international de la chaîne de télévision Globo, pour laquelle il couvre, entre autres, les ouragans de Floride, les marches du Ku-Klux Kan en Louisiane, la visite du pape Jean Paul II à Cuba, la débâcle de Saddam Hussein en Iraq et les attentats du 11 septembre à New York. Il crée également à cette période le programme d’interviews « Milênio », diffusé sur la chaîne Globonews.

En 2009 paraît son premier roman, Si je ferme les yeux, qui remporte le Prêmio Jabuto et le Prêmio São Paulo de Literatura, les plus prestigieux des prix littéraires brésiliens.