Découvrir en podcast le livre de Ana Paula Maia : « Charbon animal »

Zoom sur l’auteur :

Elle lit Dostoïevski et recrache Tarantino

 

Ana Paula Maia est née à Rio de Janeiro en 1977. Fille d’un professeur, Ana Paula a eu une enfance relativement proche des livres chez elle. Cependant, l’école ne l’a pas aidée dans la construction d’une habitude littéraire, si chère à l’écrivain… Elle se souvient qu’elle n’aimait pas lire, et le faisait par obligation.

Quand elle avait sept ou huit ans, sa mère lui offrait des collections de livres d’histoires enfantines. Pendant son enfance Ana Paula ne lisait pas Monteiro Lobato mais Blanche Neige..

Dans ces histoires de princesses, il y avait des petits enregistrements de musique, car elle préférait les écouter et regarder les images que lire. Elle  les relisait beaucoup, surtout parce que c’était de petites histoires qui pouvaient être lues très rapidement.

Ses premiers contacts avec la littérature se sont passés pendant son enfance à l’âge de douze ou treize ans. Pendant son adolescence, Ana Paula n’a eu aucun contact avec des livres. Ses hormones d’adolescente ne lui permettaient de rien lire ! C’est à partir de l’âge de dix-huit ans qu’elle retourne à la lecture avec une grande intensité.

Elle n’a pas de réponse pour la fréquente question comment attirer les jeunes vers la lecture, mais elle sait qu’il faut une prise d’initiative de l’extérieur vers l’intérieur et non le contraire. Elle dit que la littérature est une rencontre très particulière et il est difficile de dire à un jeune qu’il est important de lire un livre s’il n’a pas en son intérieur un besoin de chercher quelque chose davantage.

Ana Paula Maia publie son premier recueil de nouvelles en 2003 puis fait partie de plusieurs anthologies nationales et internationales.