Oeillets + printemps + Portugal = ?

Si on vous dit fleurs et révolution, vous pensez au mouvement hippie ?

25 avril 1974Pour cette fois, vous faites erreur, même si vous étiez dans la bonne décennie ! Le thème des expositions et des animations proposées par le département de portugais et par la BU à partir du lundi 14 avril, c’est celui de la « Révolution des œillets » au Portugal, le 25 avril 1974.

Ce coup d’état, organisé par le MFA (Mouvement des Forces Armées), et soutenu par le peuple,  a mis fin à plus de quarante-huit ans de Salazarisme, une dictature peu connue en Europe, mais qui a fait souffrir une grande majorité de portugais : un million d’entre eux ont dû quitter leur pays.

« La révolution des Œillets offre la particularité de voir des militaires abattre un régime sans pour autant instaurer un régime autoritaire. Ils sont en effet porteurs d’un projet démocratique : mise en place d’un gouvernement civil, organisation d’élections libres et décolonisation. »

Cette journée a mis fin au « triple F » - Fado, Fatima, Foot – des valeurs défendues sous la dictature d’Antonio de Oliveira Salazar. Trois lettres pour incarner les « valeurs » du Portugal : tradition, catholicisme et sport.

C’est donc une date importante dans la mémoire collective des portugais. « Grandola, villa morena », chant révolutionnaire de cette journée mémorable résonne encore dans les cœurs et les esprits lors des manifestations populaires, surtout quand leur démocratie est attaquée ce qui fut le cas lors des politiques d’austérité liées à la crise économique de 2008.

portugal

 

La bibliothèque universitaire vous propose un choix de documents pour comprendre cette journée révolutionnaire : vous connaitrez la chronologie des évènements, les acteurs principaux, l’évolution de la situation économique, sociale et politique du Portugal…

Découvrez également nos expositions à ce sujet et autour du Portugal à partir du lundi 14 avril et jusqu’au 7 mai dans l’Atrium de la BU Tréfilerie.

" " " " " " " " " " " "

 

Vous voulez réagir à cet article ?
N’hésitez pas à laisser un commentaire !