Droits des femmes : une journée ne suffit pas…

Le 08 mars est la « Journée internationale des droits des femmes », date officialisée par les Nations Unies depuis 1977

A cette occasion, la  BU Tréfilerie accueille le lundi 09 mars une exposition d’Amnesty international France pour soutenir deux femmes irakiennes condamnées à mort.

8-marsredimenPartout dans le monde Amnesty international se bat pour le respect, la défense et la promotion des droits humains.

Les violences faites aux femmes vont de la blague sexiste au viol, en passant par les mutilations sexuelles et le harcèlement.

 

Le viol des femmes est une arme de guerre utilisée dans différents conflits, que ce soit par exemple en Bosnie au début des années 1990, au Rwanda en 1994 ou encore, depuis 1998 en République Démocratique du Congo.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, en 2014 une femme sur trois dans le monde a été victime de violences conjugales et 100 à 140 millions de jeunes femmes ont subi des mutilations sexuelles.

Pour lutter contre ces violences il est nécessaire de supprimer les discriminations sexuelles dans les lois et les institutions, de promouvoir l’égalité et les comportements non-violents et de ne pas stigmatiser les victimes. Seulement alors, les comportements et les mentalités pourront évoluer.

En France, en 2012, sur 146 décès suite à des violences conjugales, 121 concernaient des femmes. Et sur les 5000 plaintes déposées pour viols,  75 % sont commis à l’encontre de femmes.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les statistiques du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes, ou le encore le rapport des chiffres clés sur l’égalité entre les femmes et les hommes.

Le harcèlement de rue a également été filmé en caméra cachée dans les rues de Bruxelles en 2012 par Sofie Peeters et à New York en 2014 par le collectif Hollaback. Ces vidéos permettent de mieux comprendre ce que subit une femme au quotidien dans les lieux publics.

La bande dessinée « Projet crocodiles » de Thomas Mathieu reprend également de nombreuses situations de harcèlement de rue, et des conseils pour gérer ces situations délicates.

Rappelons également qu’à travail égal une femme cadre gagne en moyenne 8.5 % de moins que son collègue masculin selon une étude de l’APEC parue en mars 2015. Les dirigeants des entreprises sont à 83% des hommes.

La lutte pour les droits des femmes est toujours à mener en  France et partout dans le monde, alors ne laissez plus passer de remarques sexistes, portez plainte en cas de violences, parlez du harcèlement autour de vous.

Pour approfondir ces sujets, quelques pistes de lecture