IOUPI, mon bibliothécaire est…. un jardinier !

Désherbage_Petra_de_Crescentia_1493

Vous butinez, nous désherbons…..

Lorsque vous choisissez vos livres en arpentant fiévreusement ou nonchalamment les rayons de votre bibliothèque favorite, les bibliothécaires disent que vous « butinez ». Comme de bons apiculteurs, ils s’efforcent donc de vous fournir le nectar et le pollen de première qualité que vous transformerez en savoir, miel de l’Université.

Pour ce faire, ils s’emploient à « désherber » régulièrement ces rayons familiers : tout comme il est bon d’éliminer régulièrement les mauvaises herbes d’un jardin pour permettre aux belles plantes de s’épanouir, il est indispensable de faire régulièrement le tri parmi tous les documents qui vous sont proposés.

 

Et oui, une bibliothèque n’est pas une accumulation sans fin de documents, et les plus hautes instances de la profession, comme le conseil supérieur des bibliothèques dans la charte des bibliothèques, affirment explicitement que « les collections des bibliothèques publiques doivent être régulièrement renouvelées et actualisées ». C’est ce que les bibliothécaires nomment « désherber ».

Le désherbage, pourquoi, comment ?

Le désherbage sert à « élaguer » les collections des documents qui n’y ont plus leur place, à aérer les rayonnages en facilitant l’accès aux documents pertinents qui sont ainsi valorisés et ne sont plus « noyés dans la masse ». La qualité est ainsi privilégiée à la quantité !

 

Avant :  ça manque d'air par ici !                         Après : Des rayons aérés, faciles à ranger où il est agréable de butiner

En conformité avec la charte documentaire du SCD, chaque bibliothécaire qui a en charge un domaine de collections est responsable du désherbage de ce domaine. Ses décisions sont  prises  selon une méthodologie précise et des critères établis et validés au préalable, inspirés de la méthode IOUPI adaptation par la Bibliothèque Publique d’information  de la méthode américaine CREW théorisée au cours des années 1970. Ces décisions sont fondées sur des critères intellectuels (ouvrages au contenu erroné, périmé, obsolète, vieilli…), des critères d’usage (ouvrages peu empruntés), des critères matériels liés à l’état physique du document.

Mais que deviennent les ouvrages désherbés ?

Les ouvrages retirés des rayonnages accessibles au public peuvent avoir plusieurs destinations.

« D’un rayonnage l‘autre »

magasin à la BU TréfilerieLa plupart de ces ouvrages seront simplement relégués en réserve, dans le « magasin » de la bibliothèque. C’est le cas des documents qui, malgré leur état ou leur contenu vieilli conservent un intérêt pour le public de la bibliothèque. Dans ce cas, ils restent à la bibliothèque, peuvent vous être communiqués, mais c’est un bibliothécaire qui ira le prélever en rayon pour vous.

mon livre est en magasin... je fais quoi ?

« La sortie des collections »

Les autres sont éliminés, c’est à dire retirés définitivement des collections de la bibliothèque.

Une seconde vie

Certains peuvent se voir offrir une seconde vie :

- Les ouvrages peuvent être proposés à des bibliothèques partenaires dans la région ou en France, dans le cadre de la coopération documentaire nationale. Ce type de coopération est très fréquent pour les revues.

- Certains sont donnés à des Etats étrangers dans le cadre d’une opération de coopération ou à des associations loi 1901 dont les ressources sont affectées à des œuvres d’assistance. Dans ce cadre, les bibliothèques de l’UJM ont effectué en 2013 et 2014 deux dons à l’Université La source de Conakry en Guinée.

En savoir plus sur les dons de livres de l'UJM à l'Université La Source - Conakry

- Enfin, sous certaines conditions, ils peuvent être vendus. C’est ainsi que les bibliothèques de l’UJM procèderont à leurs premières braderies en ce printemps 2015

les braderies de livres à l'UJM en 2015

Universalis1

- et ce volume de l’Encycopaedia Universalis….. que lui est-il arrivé ?

Il fait partie de ces rares élus à se voir offrir la seconde vie prestigieuse…. d’un livre d’artiste !

 

 

La destruction

Enfin, tous ceux qui ne trouverons pas acquéreur, qui sont trop endommagés seront impitoyablement détruits,… mis au pilon.pilon

Qu’on se rassure, les documents rares, les documents patrimoniaux, pour la plupart rangés en magasins dès leur entrée dans les collections, ne sont bien entendu pas concernés par ce funeste destin !

Vous brulez de tout savoir sur le désherbage ?