Jean-Claude Kaufmann : la sociologie en mode « Microcosmos »

moustache Kaufman

Signe distinctif… et autodérision !

A l’occasion de la parution le 9 mars 2016 de son dernier ouvrage : « Piégée dans son couple », la BU met en valeur le travail sociologique d’un moustachu célèbre, non, pas Hercule Poirot ni Chaplin, mais bien Jean-Claude Kaufmann! Son attention aux détails du quotidien et à ce qu’on ne voit plus, au minuscule, nous a fait pensé à « Microcosmos », film primé à Cannes en 1996… Explications.

Jean-Claude Kaufmann a commencé sa carrière de sociologue en 1969, comme chercheur contractuel, avant d’être admis au CNRS en 1977. Il a été nommé Directeur de Recherche en 2000. Il est membre du CERLIS (Centre de recherche sur les liens sociaux), laboratoire CNRS de l’université Paris Descartes.

Sa moustache seule ne l’a pas rendu célèbre ! Il est également connu pour une trajectoire atypique et une méthodologie construite en rapport direct avec le terrain, très inductive : c’est l’enquête qui fait la théorie. Il en a tiré une méthode qui lui est propre et qui a été développée dans L’entretien compréhensif (ouvrage aux multiples réimpressions…). Un best-seller chez nos étudiants en sociologie !

Original dans le choix de ses sujets, proches de nous mais pourtant peu pensés, le sociologue se démarque par son approche et par son style. Autour du couple comme dans Premier matin, Agacements ou de la solitude comme dans La Femme seule et le Prince charmant, il va jusqu’à décrypter les plus petits détails : rôle du lit conjugal, des casseroles, du linge, du sac à main… Et malgré des thèmes qui peuvent sembler surprenants ou anodins, il parvient à en faire surgir des mécanismes sociaux plus larges qui aident à mieux comprendre nos sociétés.

Il a ainsi su rendre son travail reconnu à la fois par ses pairs, mais également par le grand public. Ses ouvrages ont été traduits en une vingtaine de langues !

Et venez découvrir la petite mise en scène concoctée par nos collègues, avec la collaboration généreuse des enfants du personnel qui ont bien voulu prêter quelques unes de leurs figurines !

Un petit jeu vous est proposé à cette occasion pour tenter d’associer les scènes jouées par les figurines et les titres des romans de l’auteur. Saurez-vous les retrouver ?

Et  pour ceux qui ne connaissent pas le film auquel nous avons fait allusion, petit rattrapage :