Men & Chicken : Danger Danois Déjantés

Le réalisateur danois Anders Thomas Jensen prend un malin plaisir à enlaidir ses acteurs et à les plonger dans des situations plus absurdes les unes que les autres (pour notre plus grand bonheur, il faut bien l’avouer…).

Après « Les bouchers verts » (2003) et « Adam’s apples » (2005), il récidive en martyrisant pour la troisième fois Nicolas Bro, Nikolaj Lie Kaas et Mads Mikkelsen. Les voici cette fois demi-frères avec deux autres compatriotes pour former une fratrie à bec-de-lièvre et faciès hideux, spécialistes dans les bagarres à coup d’animaux empaillés. Leur père est un généticien à la déontologie pour le moins douteuse et leurs mères toutes mystérieusement décédées après leur naissance.

Une sorte d’enquête à la recherche de leur origine amènent Gabriel (David Dencik) et Élias (Mads Mikkelsen) sur l’île d’Ork où ils rencontreront leurs trois autres demi-frères et découvriront la maison familiale à la fois cimetière, étable, poulailler, laboratoire et asile de fous.

On assiste alors à une succession de scènes d’anthologie dont un débarquement dans une maison de retraite où les frères, propres et costumés pour l’occasion, se disputent les faveurs d’une grand-mère en déambulateur.

Si le rire est assuré durant les trois-quarts du film, le réalisateur a moins su négocier le virage final car la farce prend un goût inattendu de tragédie. La découverte de leur origine est un choc qui fait d’eux des créatures hybrides et la conclusion finale reste obscure dans sa moralité.

Mais comme dans ses précédents films, Anders Thomas Jensen entraine le spectateur loin des sentiers battus et c’est un bonheur de suivre les tribulations de cette (basse-)cour des miracles.

A découvrir au cinéma Le Méliès jusqu’au 21 juin.
Mais aussi… Cliquez sur les liens de cet article et empruntez les DVD en BU !