« I, Daniel Blake » : le poing levé de Ken Loach

Déshumanisation, aberrations, enfer administratif… Le dernier film de Ken Loach peint un portrait glaçant de ce qu’est devenue l’administration de son pays à travers le parcours de Daniel et de Rachel, ses deux personnages principaux, en butte à la mécanique des Jobs Centers…

Sa première Palme d’or en 2006 récompensait « Le vent se lève » qui traitait du conflit irlandais, sujet délicat et douloureux. Cette deuxième Palme d’or récompense un film qui donne un authentique « coup de pied » dans les institutions et dans les aberrations dont elles accouchent. C’est un véritable chemin de croix que le spectateur est invité à suivre, une descente aux enfers dont on ressort larmoyant et révolté.

S’il s’était agi d’un long métrage d’anticipation se déroulant dans un monde où l’individu est broyé lorsqu’il sort des sentiers battus, l’impact eut été mineur mais c’est de notre société dont il est question, une société où les malades, les pauvres et autres exclus en tout genre deviennent des marginaux, des parasites qui n’ont qu’à bien se tenir. La bouée qui leur est tendue est si dure à attraper qu’au lieu de leur maintenir la tête hors de l’eau, elle les fait couler de façon impitoyable.

Critique de l’administration britannique

Leurs interlocuteurs, des agents de l’administration britannique, sont déshumanisés et ne voient plus défiler que des numéros devant leurs bureaux. Les sanctions tombent à la moindre incartade sans un regard pour l’autre, le frère, l’alter ego bref l’humain qui est en face et qui souffre.

On voudrait tellement une note d’espoir…. Il n’en sera pas question. Ken Loach ne croit plus au Père Noël depuis longtemps et il ne souhaite pas nous bercer de cette douce illusion.

Plus qu’un film, la Palme d’or 2016 met à l’honneur la pugnacité d’un homme de 80 ans qui n’a toujours pas baissé les bras, qui continue de haranguer la foule et pour qui la cause des opprimés reste le combat d’une vie.

Envie de plus de social et de solidarité ?

Vous l’avez vu ? N’hésitez pas à donner votre avis et/ou à recommander un des autres films du réalisateur.