Pourquoi vous n’avez plus accès à Visible Body depuis janvier 2017…

Vous voulez savoir pourquoi la BU se désabonne à la ressource Visible Body ? Nous vous proposons de découvrir le monde impitoyable de la documentation numérique !

Pour la petite histoire …

La nouvelle BU Santé a ouvert ses portes sur le campus Santé Innovation en septembre 2015. De nouveaux services ont accompagné cette ouverture, avec notamment l’installation d’une salle dédiée à l’apprentissage de l’anatomie : l’espace Vesalius. Afin d’enrichir l’offre documentaire associée à cette salle, la BU Santé est partie à la recherche d’un atlas d’anatomie 3D en ligne.

C’est la ressource Visible Body qui a retenu son attention. Visible Body est un outil de visualisation et d’apprentissage en 3D à destination des étudiants, des cliniciens et des chercheurs. Il permet d’explorer le corps humain dans son intégralité à travers des milliers d’interactions anatomiques. Son principal intérêt est de pouvoir examiner l’anatomie systémique et régionale, en découvrant les structures couche par couche de la tête aux pieds et en faisant pivoter les modèles anatomiques.

Cette ressource était proposée aux universités via une offre préférentielle du consortium Couperin. Ce consortium d’achat national, dont l’Université Jean Monnet fait partie, est une association à but non lucratif ayant notamment pour mission d’évaluer, négocier et organiser l’achat de ressources documentaires numériques au bénéfice de ses membres. Une négociation avait été menée à bien pour Visible Body. Il était possible, dans l’offre 2016 :

  • De s’abonner à la ressource pour un an au prix de 7 084 € TTC (soit 10% de remise sur le tarif catalogue 2015/2016)
  • Ou d’acquérir de façon pérenne la ressource au prix de 20 685 € TTC (soit 10% de remise sur le tarif catalogue 2015/2016)

Après test et compte tenu des crédits disponibles, c’est la formule « abonnement » qui a été retenue.

Si la ressource a vite donnée satisfaction en terme de contenu intellectuel, de nombreux écueils sont apparus en termes de modalités d’accès…

Le pourquoi du comment du désabonnement

Après une année d’abonnement, la BU a fait le choix de se désabonner de Visible body en 2017 pour 2 raisons essentielles.

Un poids financier trop lourd

En premier lieu, les ressources numériques coûtent de plus en plus cher et le budget documentaire de la BU ne peut plus assumer ce poids trop lourd, en particulier quand l’éditeur ne fait aucun effort pour faciliter l’achat ou l’abonnement à ses ressources. C’est ce qui s’est passé pour Visible Body. Pour 2017, l’éditeur ne propose plus qu’une formule « achat », nous étions donc contraints de nous désabonner ou d’acheter la ressource. Nous avons demandé  une remise sur le prix d’achat de l’atlas (18 388 € TTC), du fait de notre abonnement en 2016, qui nous avait coûté 7 084 € TTC. Cette remise nous  a été refusée et aucun geste commercial accordé.

Des problèmes d’accès

Les problèmes d’accès à cet atlas d’anatomie représentent un vrai défi pour celui qui veut se connecter facilement et rapidement. En effet, il est impossible d’arriver directement à l’interface Human Anatomy Atlas, qui est l’atlas de Visible Body auquel nous sommes abonnés. Une fois sur l’interface Human Anatomy ressource, aucune indication sur la méthodologie à suivre n’est donnée. Par ailleurs, le lancement de la ressource est anormalement long. Beaucoup de lecteurs abandonnent le téléchargement pensant qu’il y a un problème.

Enfin, concernant l’interface de la ressource : la navigation n’est pas du tout intuitive. Une formation est vraiment nécessaire pour en comprendre les principes…

Dépenser trop pour une ressource ne donnant pas toute satisfaction n’était pas envisageable pour la BU, qui a donc fait le choix du désabonnement.

On fait quoi maintenant ?

La BU ne s’avoue pas vaincue et recherche un nouvel outil d’anatomie qui répondra au mieux aux attentes des étudiants et enseignants-chercheurs de la faculté de médecine.

Pourquoi ne pas s’orienter vers l’achat ambitieux d’une table d’anatomie comme l’a fait l’Université du Michigan aux États-Unis ou la Faculté de médecine de Rouen ? Ce serait une première en France pour une bibliothèque universitaire, et c’est le défi que s’est lancée la BU Santé.

Nous pourrions également envisager un abonnement de type « Complete Anatomy » proposé par  3D4 Medical. ou bien l’encyclopédie e-Anatomy d’IMAIOS. Des études comparatives sont en cours.

Du nouveau en perspective, donc : restez à l’écoute !

Et si vous avez des questions au sujet de cet article ou de la documentation numérique, une seule adresse : bu.numerique@univ-st-etienne.fr