Plutôt pantomimes ou images de synthèse ? Réaliser un film d’animation en 7 techniques…

Le festival du cinéma d’animation de Roanne vous a donné des envies de réalisation ? Des plus anciennes au plus contemporaines, choisissez votre technique de réalisation favorite !

Le sujet de la réalisation des films d’animation est complexe. En effet, l’appellation « cinéma d’animation » couvre une vaste étendue de techniques diverses mais ayant pour point commun celle dite « d’image par image ». Depuis la fin du XIXème siècle, les procédés utilisés ont beaucoup évolué.

1. Les pantomimes lumineuses

PLLa première projection d’images animées s’intitule « Pauvre Pierrot », issu des pantomimes lumineuses. Ce terme désigne le spectacle complet proposé par Émile Reynaud, grâce à son appareil théâtre optique. Le principe repose sur la compensation optique par miroirs prismatiques permettant aux images dessinées de sembler immobiles un très court instant, alors qu’en fait, elles défilent de manière continue. Ses dessins étaient directement réalisés et coloriés sur une pellicule sans émulsion argentique de 70 mm de large. Cette invention lui aura valu 15 ans de recherches.

Diffusé au cabinet fantastique du Musée Grévin à partir du 28 octobre 1892, Pauvre Pierrot était accompagné d’une musique originale, au piano, composée par Gaston Paulin.

2. Le dessin animé

En terme d’animation, le dessin animé est la technique la plus connue et la plus ancienne. Elle consiste à mettre en action, mouvement par mouvement, des éléments dessinés, sur différents supports : papier, acétate, celluloïd, ou encore pellicule grattée.

Le premier dessin animé a été réalisé en 1906 par James Stuart Blackton, deux ans avant Émile Cohl et ses Fantasmagories. On est encore loin des classiques de Disney qui viendront bien plus tard !

3. La rotoscopie

Fin XIXe, début du XXe siècle la rotoscopie est inventée. Elle consiste à relever, image par image, les contours d’un élément filmé (personnage,objet), en prise de vue réelle, pour en transcrire, la forme et les actions, dans un film d’animation. Ce procédé permet de reproduire avec réalisme la dynamique des mouvements des sujets filmés. Cette technique fut perfectionnée et brevetée par les réalisateurs Dave et Max Fleischer en 1915. Avec, ils produisent leur série Out of the Inkwell entre 1914 et 1929. The Circus a été tourné en 1920.

4. La pixilation

La pixilation relève plus du trucage ou des effets spéciaux. C’est également un procédé image par image donnant l’impression aux personnes ou objets réels d’avancer comme par magie ! Les corps bougent par saccade. Le premier film en pixilation fut réalisé une nouvelle fois par James Stuart Blackton en 1907 dans The Haunted Hotel.

5. La caméra multiplane

En 1933, les studios Disney créent la caméra multiplane afin de donner de la profondeur au dessin. Elle fut utilisée pour la première fois en 1937 dans le vieux moulin et, la même année, dans le célèbre long métrage Blanche-Neige et les sept nains. Pour en comprendre le procédé de superposition des cadres de celluloïd, M. Disney nous l’explique dans cette vidéo :

En avançant dans le siècle, de nombreuses techniques ont été mises au point pour permettre l’animation des objets et personnages dans différents matériaux.

6. Le stop-motion

Le stop-motion ou animation en volume permet de donner vie à des objets inanimés comme les marionnettes ou la pâte à modeler. Les réalisateurs photographient leur personnage en le déplaçant. Pour cela, il faut utiliser 24 cadres correspondant aux 24 images par seconde du film. La technique consiste à déplacer le personnage 24 fois pour chaque seconde du film. Déplacer le personnage, prendre une photo, déplacer le personnage, prendre une photo, et ainsi de suite …Si vous avez envie d’essayer il existe des tutoriels sur internet.

Pour la technique de la pâte à modeler le film Wallace et Gromit et le mystère du lapin garou semble tout désigné pour incarner cette technique. D’ailleurs son réalisateur Nick Park recevra pour cela un oscar du meilleur film d’animation en 2005.

Côté marionnettes, c’est l’Étrange Noël de Mr. Jack qui deviendra un des films indétrônables de cette technique. Il a été produit par Henry Selick (d’après une histoire originale de Tim Burton) c’est également lui qui a réalisé James et la pêche géante et Coraline.

7. Les images de synthèse

Enfin, avec l’arrivée du numérique nous voyons de plus en plus de film d’animation en image de synthèse. Le premier long métrage est sorti en 1996, il s’agissait de Toy Story. Mais le premier court métrage intégralement conçu en image numérique date de 1984. Il s’agit de The Adventures of Andre & Wally B.avi, sorti du studio Lucasfilm qui deviendra, plus tard, le studio Pixar.

Envie de vous lancer ?

Une de ces techniques vous inspire plus ? Vous en avez déjà essayé une ? N’hésitez pas à nous le faire savoir !

La BU de Roanne vient de créer un nouveau fonds sous la cote 791.433 autour du cinéma d’animation et peut donc vous accompagner dans vos essais !

9782343094168r couverture acinemaction51-animation-z