Vivre son handicap au travail : Portrait de deux bibliothécaires différents tout à fait comme les autres

Le handicap est un nom qui désigne, selon Le Petit Robert de la langue française, « une déficience physique ou mentale ». Un terme très vague, qui est bien loin de refléter la diversité des situations des personnes handicapées et de leur quotidien.

Dans la continuité de la Semaine européenne du handicap, les BU de l’UJM donnent la parole à Amélie et Patrick, deux collègues atteints de handicaps très différents, mais partageant un même enthousiasme communicatif.

Amelie

© Tous droits réservés

 

Amélie a 33 ans. Son handicap est survenu après un grave accident de la route lorsqu’elle avait 20 ans. Depuis les articulations de ses chevilles sont bloquées et elle ne peut conduire qu’une voiture avec une boite automatique.

Passionnée de musique, Amélie se destinait au départ à devenir ingénieur du son. Après son accident, elle a dû réorienter ses études et s’est tournée vers la documentation en faisant un IUT Info Com à Grenoble puis une licence d’Iconographie à Nancy et enfin un master de Gestion de l’information à Montpellier.

Amélie devait trouver un stage pour sa 2e année de master ; c’est ainsi qu’elle est arrivée cette année à l’UJM, au département de la politique documentaire de la bibliothèque, pour travailler sur la numérisation des mémoires des étudiants de la filière Patrimoine. Au mois de septembre, elle a pu enchainer cette mission avec un contrat de Chargée des collections et du patrimoine dans ce même département.

Ce poste lui plait beaucoup parce qu’elle travaille quotidiennement sur des chantiers et des projets très divers, en lien avec les différents départements des bibliothèques. Avec sa personnalité bien trempée, c’est un poste idéal puisqu’elle reste très active, en travaillant à la fois sur des missions physiques et intellectuelles : de la gestion d’équipe (gestion des plannings, organisation des chantiers et du travail des collègues magasiniers) à la participation aux projets de déménagements de collections, en passant par la réorganisation des collections dans les salles. Amélie peut aussi être amenée à récupérer des dons de documents en Auvergne Rhône-Alpes ou à faire de la communication et de la formation pour les collègues puisqu’elle maîtrise parfaitement les outils de traitement de l’image (Photoshop, Illustrator, Indesign).

Dans son quotidien au travail, Amélie affirme ne pas être gênée par son handicap. Quand elle est fatiguée, elle écoute son corps et fait une pause, avec parfois une petite session de yoga pour relâcher les tensions. Elle a le sentiment d’être bien intégrée dans l’équipe de la BU et parle très naturellement de son handicap aux collègues.

En dehors de la BU, Amélie adore voyager, partir en vacances, faire de la randonnée, jouer de la flûte traversière dans un orchestre et boire une bière en terrasse avec ses amis. Son dernier livre coup de cœur : Quand sort la recluse, le dernier roman de Fred Vargas, qu’elle a englouti d’un trait !


 

Patrick

© Tous droits réservés

 

Patrick a 57 ans. Son handicap est survenu à sa naissance, des suites d’un accident respiratoire. En grandissant, il a étudié dans une école spécialisée puis par correspondance jusqu’au BEPC.

L’association stéphanoise « Vivre la vie » l’a aidé à trouver un premier emploi de manutentionnaire dans une entreprise de traitement thermique. Il y travaille durant 11 ans, jusqu’au rachat de l’entreprise par un groupe qui fit des licenciements économiques. Patrick a gardé un bon souvenir de cette expérience même s’il reconnait que l’entreprise avait un petit côté « Germinal d’Émile Zola » !

Il candidate ensuite à l’UJM et sera embauché en CES (contrat Emploi Solidarité), à la BU Tréfilerie en juillet 1994. Il n’a pas de formation en bibliothéconomie à ce moment-là mais il s’intéresse déjà au monde du livre : pendant 5 ans, il a suivi des cours de reliure à L’esplanade de Saint-Etienne.

On lui confie la mission d’équiper les livres (couvrir, tamponner, étiqueter etc.) et d’aller chercher les documents demandés en magasins. Il ne maitrise alors pas du tout l’outil informatique mais il va relever ce challenge et se former en interne, grâce à ses collègues de la BU. A partir de 2007, la BU Tréfilerie commence ses travaux d’agrandissement et il va beaucoup s’impliquer sur ce projet.

Depuis 2010, c’est lui qui réceptionne quotidiennement les revues qui trouveront leur place dans le kiosque et qui récupère dans les réserves les ouvrages demandés par les lecteurs. Il s’occupe également d’équiper les livres d’art et de littérature du monde, et ce beaucoup de plaisir.

Patrick aime son travail et toutes les missions qu’on lui confie. Il reconnait ne pas toujours être très à l’aise avec le public mais lorsqu’un lecteur pose une question à laquelle il ne peut pas répondre, il le renvoie vers les bibliothécaires de l’accueil. Il se sent bien intégré dans l’équipe de la BU Tréfilerie et s’entend bien également  avec les collègues des autres BU de l’UJM. Il ne cache pas sa sympathie pour ses collaborateurs, de même que son admiration pour ceux cumulant responsabilités professionnelles et familiales. Il faut dire que sa gentillesse et sa spontanéité sont appréciés de tous. Il sait qu’il travaille plus lentement que d’autres mais pour lui, bien faire son travail est plus important que de le faire vite. Perfectionniste également dans ses recherches documentaires, Patrick est doté d’un flair incroyable pour retrouver un ouvrage disparu dans les énormes réserves de la BU Tréfilerie, même lorsque celui-ci a été mal rangé.

A côté de son travail, Patrick est un passionné de cinéma et d’histoire. Il est aussi un membre actif de l’association « Vivre la vie » avec laquelle il fait régulièrement des sorties. Ses lectures favorites : Les ouvrages sur la mythologie grecque et les littératures du monde.