Une classe entière publie un livre scientifique !

Juillet 2017 : les étudiants de 2ème année de Licence en « sciences de la vie » publient « Petites questions de physiologie animale », un livre numérique regroupant des articles scientifiques qu’ils ont écrits. Mais comment cela a-t-il été possible ?

Histoire d’un projet abouti !

Héron

Héron

L’idée de départ

Tout commence avec l’envie d’une enseignante, Sandrine Heusser*, dispensant les travaux pratiques et dirigés de l’UE « les Métazoaires : grandes fonctions » en licence 2ème année. Elle souhaite faire évoluer la pédagogie de ce cours, malgré un nombre d’élèves important.

L’évolution des maquettes de 2016-2017 lui offre l’opportunité de concrétiser son projet. La méthode ? Faire rédiger  au cours du semestre, aux 120 étudiants de L2, des articles de synthèse originaux en physiologie animale. Chaque article est illustré par des images et/ou des vidéos. Le tout constitue un recueil d’articles de qualité de près de 200 pages, édité sous format numérique sous licence creative commons.

Schéma des échanges d'eau et d'ions entre le requin et son milieu.

Schéma des échanges d’eau et d’ions entre le requin et son milieu.

Bien que le niveau d’exigence soit très élevé, l’énoncé du projet fin janvier provoque un véritable enthousiasme de la part des étudiants.

*Responsable de la Licence Sciences de la Vie

Des compétences variées

Dès le lancement du projet, ce sont 30 sujets « Comment respirent les araignées ? », « Comment se nourrissent les vers ? » qui sont proposés à des groupes de 4 étudiants.

 Épeire fasciée ou Argiope

Épeire fasciée ou Argiope

Pour traiter ces sujets, chaque groupe doit chercher de la documentation, synthétiser ses connaissances et découvertes, apprendre à travailler en équipe et utiliser des outils numériques (travail sur les images, langage balisé XML). Enfin il s’agit de produire un écrit où les sources sont correctement citées. L’objectif est bien d’obtenir un document  de qualité professionnelle, au contenu scientifique irréprochable.

Dans le cadre de ce projet, les étudiants ont donc approfondi ou acquis diverses compétences et ont combiné savoir, savoir-faire et savoir-être pour savoir agir.

Des partenariats multiples

Si les compétences des étudiants sont variées autour de ce projet, il a également mobilisé plusieurs partenaires au sein de l’Université.

Les bibliothécaires, contactés très en amont par Sandrine Heusser, ont construit le cours « recherche documentaire/plagiat/bibliographie et sitographie » répondant aux demandes de l’enseignante sur ce projet. Ce cours est donné début février aux 4 groupes de TD (2h/groupe). Au-delà de ce cours les étudiants sont invités à solliciter les bibliothécaires tout au long du semestre, pour obtenir des conseils personnalisés et des compléments d’information.

Un enseignant de physique est également mobilisé début mars pour une séance de TD (2h/groupe). Il répond aux problèmes de physique soulevés par les questions physiologiques, par exemple les interactions entre l’animal et son milieu mises en jeu dans le déplacement.

Coupe d'organe digestif de Crabe

Coupe d’organe digestif de Crabe

Courant mars et pendant une semaine, une salle de TP est équipée du matériel nécessaire pour réaliser photos, illustrations et vidéos. Les technicien·nes de laboratoire se démènent pour trouver les stars de la semaine : poissons, criquets, grenouilles, moules et autres vers de terre. A l’issue de cette période, les étudiants possèdent les illustrations pour leur article.

De février à avril, plusieurs « ateliers-projets » informels permettent discussions et échanges entre l’enseignante et les étudiants. Objectif : trouver des solutions et répondre aux interrogations notamment sur les illustrations. En avril, une première version de l’article est notée.

Enfin, en avril-mai, les données sont saisies par les étudiants dans le logiciel Oxygen (éditeur de documents numériques dans le langage XML). Ce logiciel a été acheté par la Faculté de sciences et techniques, pour ce projet. Il est déployé sur l’ensemble des postes informatiques de la faculté et sur quelques postes de la BU.

Une fois le semestre fini, c’est l’enseignante, devenue éditrice scientifique, qui harmonise les différents textes et corrige les fautes afin qu’un ouvrage de qualité paraisse en juillet !

Un premier bilan

Passé l’enthousiasme premier, les étudiants ont par moment été déroutés par cet enseignement qui ne reposait pas sur un contrôle de connaissances classique. Et bien qu’il faille renforcer leur conscience du caractère formateur de l’expérience, cette dernière s’avère concluante et sera donc reconduite en 2018 !

Plusieurs axes d’amélioration du cours sont mis en place cette année.

  • Le cours de recherche documentaire insistera sur la cohérence des sources et leur citation, la bibliographie/sitographie étant souvent répétitive et peu ciblée.
  • Des ateliers d’écriture seront organisés pour permettre aux étudiants de gagner du temps lors de la rédaction de l’article et pour apprendre à harmoniser un travail collaboratif.
  • Un travail sur les images a été ainsi introduit cette année au semestre 2 (1ère année de Licence) par Sandrine Heusser, dans la perspective du projet 2019.

Alors, rendez-vous en juillet 2018 pour découvrir les nouveaux sujets abordés cette année par les L2 Sciences de la vie !

(Les escargots devraient faire leur entrée, mais chut !…)

 

PQPA-1

 

En attendant, retrouvez « Petites questions de physiologie animale » 2017 en ligne, et très bientôt directement depuis le catalogue BRISE-ES

Plus de physiologie animale