Des « objets-pièges » dans l’atrium de la BU Tréfilerie

Dix ans, voilà dix ans maintenant que les étudiants du master 2 professionnel édition d’art– livre d’artiste nous invitent à admirer leurs productions. Dix ans qu’ils s’approprient l’objet livre dans sa matérialité et sous toutes ses formes pour faire naître des œuvres d’art à part entière.

ghislaine-fagalde

Création de Guislaine Fagalde – Tous droits réservés.

Cette année, priorité a été donnée au passage du réel à l’imaginaire, d’où l’idée de convoquer l’écrivain américain H. P Lovecraft. Ses références constantes aux manuscrits anciens, cachés, secrets, perdus ou retrouvés, accordent au livre une véritable place narrative.

C’est cette place que les étudiants ont interrogée par des livres d’artistes conçus dans le cadre de différents cours. Ils prennent majoritairement comme point de départ les amorces de récits consignées dans le Commonplace Book de Lovecraft. Ce carnet noirci de notes, d’idées et de citations pour de futures histoires extraordinaires.

« La thématique du fantastique a donné lieu à des réalisations où le livre est d’abord conçu comme un espace à investir physiquement. Par le jeu des dépliements ouvrant sur des mondes étranges et labyrinthiques, ou celui de la dissimulation de formes mystérieuses, recouvertes, transparentes ou encore moisies, les pages qui se succèdent dans ces œuvres décrivent des lieux singuliers où l’on peut aisément se perdre et se laisser surprendre. Gaufrages, tiroirs à ouvrir, cartes à jouer, feuillets à caresser et noircir… » nous expliquent Anne Béchard-Léauté (directrice du master) et Laurence Tuot (enseignante et responsable d’un atelier/cours livre d’artiste).

Livre de Kevin Millot – Tous droits réservés

Cette exposition vous propose pas moins de 18 livres d’artistes originaux, à tirages uniques ou très limités. Ils évoquent les descriptions des formes bizarres de la nature que l’on retrouve chez Lovecraft, les paysages de ruines à l’archéologie inconnue, l’atmosphère oppressante et labyrinthique de l’univers de l’écrivain.

Commonplace Book lab pour Line Hurtado, La trace pour Luigi Beretta, Nightmare pour Bérénice Trésorier, ou encore Contes Magnétiques pour Lise Bonneau. Ce ne sont que quelques exemples des titres retenus par nos 9 étudiants/artistes de livres.

Le Commonplace book de Lovecraft a provoqué le basculement de la réalité vers l’imaginaire et le fantastique, et amené les étudiants à « fabriquer » leurs « objets-pièges ».

L’exposition « Objets-pièges » sera visible à la BU Tréfilerie du 29 janvier au 24 février 2018. Pour plus d’informations, consultez le site web des BU de Saint-Etienne.

Pour prolonger l’événement ou, simplement, pour satisfaire votre curiosité, la collection « Jacquie Barral » de livres d’artistes de la BU Tréfilerie est consultable en ligne.

Enfin, pour ceux qui aimeraient consulter le Commonplace Book ou basculer à leur tour dans l’imaginaire de H.P. Lovecraft, vous devriez trouver des ouvrages à votre goût dans les collections de la BU Tréfilerie.