3ème ex-aequo du concours « A la manière de Lovecraft »

Le jury a décidé cette année de classer en troisième place une nouvelle en français et une nouvelle en anglais. Découvrez-les en ligne.

« Wonder Danger » de Pierre Brienne

index Lire la suite …

« L’horreur par-delà l’espace »

La première vous a plu ? Voici la nouvelle de Robin Ferré qui a été classée deuxième par le jury du concours « A la manière de Lovecraft ». Yg… Bugg-shogogg… Iä… Iä… à tous ;-)

Lire la suite …

« L’épouvantable histoire du livre de Sorrow Hill »

H._P._Lovecraft_June_19341

Le concours « A la manière de Lovecraft » est terminé. Cette année, le prix a été attribué à « L’épouvantable histoire du livre de Sorrow Hill », écrite par Eric Vial-Bonacci. Découvrez en ligne sa nouvelle !

Lire la suite …

C’est la saison des festivals ! Retour sur Cannes et ses palmes d’or les plus marquantes…..

La 70e édition du Festival de Cannes a eu lieu du 17 au 28 mai. Après des débuts difficiles (sa première édition devait se tenir en septembre 1939), c’est  seulement le 20 septembre 1946 juste après-guerre que le rideau peut enfin se lever sur ce festival.  Retour sur des pépites cinématographiques à voir et à revoir… et dont le choix n’engage que l’auteure de l’article !!!

19471947 Dumbo de Ben Sharpsteen

Qui l’eut cru, c’est un dessin animé : Dumbo, de Ben Sharpsteen qui reçoit la palme d’or en 1947. Avec seulement 64 minutes, Dumbo est le plus court des longs métrages d’animation de Disney.  C’est aussi l’un des moins prétentieux mais il reste l’un des plus achevés graphiquement.

Lire la suite …

Assises Internationales du Roman 2017 : quand l’horreur s’exprime dans la littérature argentine

Cette année, contrairement aux deux années précédentes, c’était au tour de la Médiathèque de Tarentaize, toujours en collaboration avec la BU Tréfilerie, d’avoir l’honneur de recevoir dans le cadre des AIR 2017 l’une des auteurs les plus en vogue en Amérique Latine, la maîtresse du fantastique argentin, nous avons nommé Mariana Enriquez.

mariana blog

Imaginez un mélange du style Cortazarien, Puiguien et Spielbergien, avec une touche féministe et vous obtenez le style de Mariana Enriquez. En tout cas c’est ce qu’il nous a été donné de voir mercredi 31 mai à la Médiathèque de Tarentaize. Née à Buenos Aires en 1973, la romancière, nouvelliste et journaliste a révélé un trait bien particulier la caractérisant : un goût immodéré pour l’horreur, le macabre et le gothique.

Lire la suite …