Plutôt pantomimes ou images de synthèse ? Réaliser un film d’animation en 7 techniques…

Le festival du cinéma d’animation de Roanne vous a donné des envies de réalisation ? Des plus anciennes au plus contemporaines, choisissez votre technique de réalisation favorite !

Le sujet de la réalisation des films d’animation est complexe. En effet, l’appellation « cinéma d’animation » couvre une vaste étendue de techniques diverses mais ayant pour point commun celle dite « d’image par image ». Depuis la fin du XIXème siècle, les procédés utilisés ont beaucoup évolué.

1. Les pantomimes lumineuses

PLLa première projection d’images animées s’intitule « Pauvre Pierrot », issu des pantomimes lumineuses. Ce terme désigne le spectacle complet proposé par Émile Reynaud, grâce à son appareil théâtre optique. Le principe repose sur la compensation optique par miroirs prismatiques permettant aux images dessinées de sembler immobiles un très court instant, alors qu’en fait, elles défilent de manière continue. Ses dessins étaient directement réalisés et coloriés sur une pellicule sans émulsion argentique de 70 mm de large. Cette invention lui aura valu 15 ans de recherches.

Diffusé au cabinet fantastique du Musée Grévin à partir du 28 octobre 1892, Pauvre Pierrot était accompagné d’une musique originale, au piano, composée par Gaston Paulin.

Lire la suite …

Tour de France… des festivals d’animation

Affiche_CINE_COURT_2017_40X60

On n’est jamais trop vieux pour un bon film d’animation ! C’est du moins ce que tend à prouver le festival international du film court d’animation de Roanne depuis 8 ans déjà. Un succès du genre qui explique la multiplication des festivals un peu partout dans l’Hexagone. Envie de voyager ? Suivez le guide.

Avec plus de 200 films à l’affiche provenant de 40 pays, le festival de Roanne est le lieu idéal pour découvrir, se faire plaisir, rêver, et rencontrer les réalisateurs de petits chefs-d’œuvre… Vous pourrez également vous essayer aux techniques employées à la réalisation grâce aux ateliers proposés par la caravane ensorcelée (un article du blog arrive à ce sujet jeudi prochain…). La cible principale de ce festival est un public adulte et adolescent : alors pas de complexe : rendez-vous dans vos salles noires du 20 au 26 mars 2017 !

Lire la suite …

Découvrir les lauréats de BUlles de poésie 2017

Cliquez sur l’image ci-dessous pour lire en ligne les 3 poèmes primés en 2017.

Lire la suite …

Nanowrimo, l’écriture kamikaze

 

50 000 mots en un mois, soit 1666 mots par jour environ. C’est le défi personnel que se lancent les nanoteurs du monde entier
Chris Baty

Chris Baty

ECRIRE DES ROMANS COMME LES VINGTENAIRES CREENT DES GROUPES DE MUSIQUE

C’est en 1999 à San Francisco que Chris Baty lance le concept du Nanowrimo : NAtional NOvel WRIting MOnth. Le but : écrire en un mois, du 1er au 30 novembre, un roman de 50000 mots, soit environ 175 pages. Baty a basé la longueur à atteindre sur le plus petit roman de sa bibliothèque, le meilleur des mondes, d’Aldous Huxley.

 

NaNoWriMo Calendar 2012 Fresh Ribbon A by Monda@NoTelling, on Flickr

NaNoWriMo Calendar 2012 Fresh Ribbon A by Monda@NoTelling, on Flickr

Lire la suite …

La BU : miroir du « Musée caché »

Du 1er février au 10 avril 2017, La médiathèque de Tarentaize accueille l’exposition «Le musée caché : Une exposition pour une bibliothèque». Au même moment, la bibliothèque Jean Laude du musée d’Art moderne et contemporain et la BU Tréfilerie proposent chacune un proche « écho », un mince « reflet » de cette exposition.

Pour Nicolas Giraud, « Le Musée caché se veut une exposition discrète, presque invisible. Les œuvres qu’elle réunit ont toutes été pensées en lien avec les figures du livre et de la bibliothèque. Si la plupart d’entre elles prennent la forme de livres, il ne s’agit pas cependant de montrer des livres d’artistes, mais plutôt de penser la relation entre le champ artistique et celui de la littérature, entre le « musée » et la « bibliothèque », entre le visiteur et le lecteur. »

P1060158

Dans cette exposition, le mur du musée devient rayonnage, et le rayonnage accueille l’œuvre d’art avec la complicité du visiteur qui entre dans un espace qui le fige et le pousse à devenir lecteur. Le livre d’artiste explore magnifiquement cet espace intermédiaire et le met en évidence, interpellant le visiteur pour l’amener à douter de sa position. Lire la suite …