Psychiatrie : soigner les pensées sauvages au Jardin des mélisses

Rencontre avec Romain Pommier, psychiatre et créateur d’un jardin thérapeutique en psychiatrie au CHU de Saint-Etienne.

Bertrand Ollier et Romain Pommier

Comment est né le projet du Jardin des mélisses ? Avez-vous un intérêt particulier pour le jardinage ? Vous êtes-vous inspiré d’autres expériences déjà existantes ailleurs ? Comment l’idée a-t-elle été accueillie ?

Le projet est né d’un espace existant, le parc contigu au bâtiment de psychiatrie sur le site du CHU Nord. Avant 2015 et la création du jardin, c’était un espace vert qui n’était pas aménagé et qui, de ce fait, n’était pas très engageant. L’ensemble du personnel avait l’envie d’améliorer cet espace et l’idée du jardin est née de mes échanges avec Bertrand Ollier, un infirmier qui s’était penché sur la question du jardin thérapeutique au cours de son travail de mémoire d’études d’infirmier. J’étais interne en psychiatrie à l’époque et, dans le cadre d’une prise en charge difficile, j’avais confié à une patiente un plan de tomates dans le but d’expérimenter une démarche thérapeutique différente. J’ai sans doute été influencé par mon grand-père maraîcher qui m’a sensibilisé à la nature et à ses vertus et je voulais expérimenter le fait de lui faire prendre soin d’une plante à ce moment-là. L’expérience s’est révélée positive. Par ailleurs, chaque matin je passais devant cet espace vide et la comparaison avec les patios aménagés du CHU, à destination des patients souffrant pour la plupart d’autres pathologies, nous a poussés, Bertrand Ollier et moi à mûrir cette idée et à la porter à travers les différents services de psychiatrie.

Lire la suite…