« Et c’est n’estimer rien qu’estimer tout le monde »

Il est des réalisateurs qui ont le génie de filmer une histoire bien contemporaine et d’y entremêler une pièce de théâtre classique. La trame moderne est ponctuée de répétitions du texte ancien : loin de susciter l’ennui en marquant une pause dans l’action, ce périlleux exercice démontre à quel point les grandes œuvres sont intemporelles.

Dans le docufiction « César doit mourir » (2012) les frères Taviani nous immergent dans l’univers carcéral d’une prison romaine où de vrais détenus répètent une pièce de Shakespeare : « Jules César ». Au fil des jours, les scènes de la pièce deviennent le miroir de leur vécu et un parallèle se tisse entre le drame qu’ils jouent et les affrontements qu’ils vivent.

Lire la suite…